28 novembre 2007

J-5: Mes fantasmes (qui resteront des fantasmes)

Le titre est racolleur: c'est pour me donner une chance d'audience via Google.

Lundi, je quitte l'Irlande prématurément, mais surtout, définitivement.

Je vais essayer, tous les jours, de vous tenir au courant de comment se passent mes derniers jours en Irlande, parce que finalement, ça peut se prêter à la blague, surtout si on prend en compte le pathétisme qui se profile pour ces derniers jours.

J'attaque donc la première fournée:

1. Fantasme qui restera un fantasme: de longues conversations passionnées avec ma partageuse de maison.

Qu'ai-je bien pu faire?! J'ai pourtant tout essayé: m'exhiber auprès de ses soeurs, passer l'aspirateur le samedi soir, ne pas gueuler quand ses amis (exclusivement masculin) bourrés confondaient les chiottes avec ma piaule à 4h du matin, TOUT JE VOUS DIT ! Mais non: après cinq mois, je ne connais toujours pas ma partageuse de maison. Je crois qu'elle n'a jamais eu envie de me connaitre: je lui suis donc apparu je suis et ce dès le premier jour, innintéressant. Cet été, lorsqu'elle était en vacances pour un mois et demi, je n'attendais que son retour en imaginant les longues conversations passionnées que nous échangerions devant un film (mauvais) diffusé à la télévision. Jamais ! Ca n'est en fait jamais arrivé. Il n'y a pas pour autant eu de conflit, de conflit affirmé du moins, mais il y a eu de l'indifférence. A cela je ne saurais trop quoi dire, je dirais qu'elle ne m'apprécie pas, ou non, qu'elle est sans opinion me concernant, ce qui est pire en fait: elle s'en fout, point à la ligne. AAAAh, l'indifférence.

2. Fantasme qui restera un fantasme: me faire des amis au boulot.

Cinq mois dans un cabinet d'avocats qui compte en moyenne 550 employés, ça pouvait laisser un espoir de se faire au moins un ami (ne soyons pas trop présomptueux). Ben non. J'ai pas réussi. J'aurais bien croisé quelques personnes très sympathiques, voir certaines pleines de bonnes intentions à mon égard, mais je n'ai pas su concrétiser tout cela. Même ce chanteur/guitariste rencontré fin août avec qui je devais faire de la musique (et qui va accessoirement me coûter la peau du cul avec Ryanair: j'avais ramené ma caisse claire et mes cymbales à cet effet), et ben non, il m'a boudé lui aussi.

Oui, promis je vais faire une analyse approfondie de ma personnalité manifestement pourrie.

3. Fantasme qui restera un fantasme: une superbe leaving party avec des gens qui pleurent quand ils te prennent dans tes bras:

Je pense que la seule personne qui pleurera pour mon départ, ce sera moi. Je me prendrais dans les bras, je ne pourrais pas me faire de bisous dans le cou, mais je m'embrasserai les bras (aussi). Je me prendrais en photo (j'ai depuis appris à utiliser le minuteur, je suis même un vrai professionnel, maintenant). Peut-être quelques tenanciers de pubs qui vendaient grâce à moi de la Guinness le lundi soir verseront une petite larme. Mais assurément, scandaleusement, ce sera tout.

4. Fantasme qui restera un fantasme: être fluent en Anglais.

"Yes it is". Mais non. Je ne suis pas fluent pour deux sous. Je diagnostique une trop forte tentation de ne parler qu'en français...avec moi-même.

Voilà.

Posté par Jeferai à 14:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur J-5: Mes fantasmes (qui resteront des fantasmes)

    ben dis donc

    Tu aurais pu ajouter le fantasme qui se réalise : tu vas manquer à tes lecteurs, mon cher...

    Posté par flo, 28 novembre 2007 à 23:04 | | Répondre
  • Eh béh...

    ... j'espère qu'au bout de mes huit mois chez les rosbeefs mon bilan sera plus positif que le tient... Bien qu'au bout de plus de deux mois, moi non plus j'ai pas un ami anglais, je ne me suis pas améliorée des masses en anglais, et j'arrive toujours à avoir des supers coups de cafard... C'est grave Dr?


    Ceci dit, j'aimais bien lire ta vie. J'me sentais moins seule. :p

    Posté par Chloé, 30 novembre 2007 à 00:16 | | Répondre
Nouveau commentaire